John Night

Logo

 

Chère lectrice, cher lecteur,

c’est un grand honneur de t’avoir ici :

bienvenue sur mon blog.

Je me présente, en quelque sorte : je suis John Night. Il s’agit d’un pseudonyme, je sais. Ce n’est pas que je veuille me cacher de toi, ni même que j’ai peur : c’est juste que je ne vois pas ce que t’apporterait de connaître mon identité. Je veux dire : jugerais-tu mes textes différemment ensuite ?

Pourquoi ce titre, pourrais-tu me demander ? Légendes pour la fantasy et mondes pour la science-fiction : ce sont mes genres littéraires favoris. Et antan, maintenant ? Là, je vais t’avouer qu’au départ et toujours maintenant je n’en sais trop rien. Sinon que j’aime bien : Les Légendes des Mondes d’Antan.

Tu sais, lectrice, lecteur, je suis ravi que tu sois là. Ravi que tu me lises, ravi que tu aimes ou que tu n’aimes pas mes textes. Ils me ressemblent, tu sais ? Un peu bancals et maladroits par ici, empreints d’une sorte de poésie par là, quelques touches de malsain, de colère et de haine, quelques notes d’espoir, de nostalgie, d’amour et de joie ; communs à première vue et uniques en quelques sortes. Sympathiques et sinon antipathiques. Bruts. En fait, ils te ressemblent un peu aussi, j’imagine.

J’ai commencé ce projet en 2005, peut-être bien avant même. Je ne sais plus exactement. Sur skyblog, il me semble. J’ai un peu honte, quand j’y pense. D’ailleurs, c’est pour cette raison que le site a migré, vers blogger, d’abord, puis il a terminé son voyage numérique ici, en 2015, au moins dix ans après sa naissance.

Toi, lectrice, lecteur, tu en es le cœur. Son essence, même, si j’ose l’exprimer ainsi. C’est toi, et toi seul, qui lui donne un sens. Quelque soit ton avis sur ce que tu lis ici, c’est toi qui donnes vie à ces lignes. C’est toi qui animes ces textes. Sans toi, ils resteraient inertes, là, au milieu de tout le reste. Sans toi, ils existeraient à peine, juste le temps de les coucher ici puis : pouf ! Plus rien.

Alors merci à toi, lectrice, lecteur. Merci à toi.

En tout cas, tu vois, si tu me laisses faire un vœu, je veux que ce soit celui-là : que ces lignes soient pour toi un véhicule, un support pour un voyage dans ton imaginaire. Et si tel n’es pas le cas, ne m’en tiens pas rigueur : l’ailleurs, pour toi, n’est simplement pas ici.

Penses-en ce que tu veux, décrypte les à ta guise. Elles ne cachent aucune vérité générale, rien de profond, juste les mots bruts tels qu’ils ont jaillis au bout de mes mains. Des mots qui forment des phrases, des phrases qui forment des textes, des textes qui pourraient t’emporter si et où tu le désires.

Chère lectrice, cher lecteur,

je te souhaite un bon voyage

et tous mes vœux de bonheur.


Mes sites et liens

Mon petit oiseau bleu, pour suivre les sorties de ce blog.

Une réflexion sur “John Night

  1. DEMELLIER Nathalie dit :

    Plutôt pas mal le début …
    Je crains de tomber dans la sinistrose en découvrant le reste de tes écrits tellement tu me sembles un être de raison et qui dissimule la triste réalité du monde actuel derrière des légendes …
    Je suis cependant trop curieuse et vais creuser un peu le personnage qui m’a l’air tellement vrai et hyper sensible .

    J.N. : Merci !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *