Le Chevalier des Songes

Il a toujours rêvé de devenir chevalier errant. Il a beaucoup d’affection pour ces héros anciens et ceux qui, encore aujourd’hui, choisissent la voie de la chevalerie. Ils parcourent le monde avec une si admirable liberté, loin des vices et des plaies de notre époque. Et ils ont tellement à offrir. Ils se donnent sans compter, offrant l’élévation à ceux qui ne sont jamais parvenus à s’extirper de leur condition initiale, à ceux qui ne peuvent se permettre d’errer, de découvrir mille et un horizons. Lire la suite

Le Chevalier qui dansait

Il était une fois, il y a fort longtemps, dans un lointain château pas si éloigné que cela de la capitale, un chevalier. Un homme juste bon. Juste droit. Finalement très juste. Tout le jour, il secourait des princesses pour leurs faveurs, des villes pour l’honneur et des pays pour les orateurs qui, un jour, conteront toutes ses aventures. Il châtiait le manant, punissait le brigand et affrontait dans d’épiques batailles dragons et créatures infernales.

Ô combien fut-il grand après ces âpres combats ! Quel homme ! Quel héros ! Quelle force et quel courage !

Et quelle danse ! Lire la suite

Le Maudit Chevalier

La chevalerie, qu’est-ce donc, au juste ?

Serait-ce un métier rendu obsolète par les troubadours colporteurs de nouvelles tapageuses ? Serait-ce le métier des fous et des simples d’esprits ? Que font donc ces braves chevaliers qui parcourent le monde alors, si tout cela n’est pas apparenté au dur labeur de ceux qui pratiquent de justes activités dans notre injuste monde ? Ces héros de jadis, dépassés par leur temps et par leurs pairs n’ont-ils pas leur rôle à jouer en ce monde ? Lire la suite

La Princesse et le Vampire

Il est une fois le royaume le plus heureux du monde. En ces lieux vit une princesse radieuse. Sa beauté est sans égale tandis que sa joie irradie et sourit tout le pays. Et nul n’ignore que princesse qui rit terres fleuries. Aussi, en la cours de son père, le roi, chevaliers et manants, vicaires et marchands, tous accourent pour de la jeune femme admirer le sourire et susciter le rire.

Nombreux preux chevaliers la courtisent, la flattent et lui content fleurette. Elle le sait bien : s’ils la désirent, c’est autant pour son attrait qu’en leur contrée ramener la bénédiction de la dame. Ce bonheur factice qu’ils lui proposent en rien ne servira son don, bien au contraire. Et elle n’ose quitter les terres de son père de crainte de les voir dépérir. Lire la suite