Périmètre – Premier quart

Le rideau du froid se referme. Une délicate jeune femme entre en scène ? Sa chevelure vole dans la brise encore fraiche. Ses cheveux d’or, couleur du soleil tiède du matin, dégagent une odeur timide de muguet. Elle avance, lentement, pieds nus dans la neige. Chacun de ses pas est couronné de fleurs nouvelles qu’elle laisse derrière elle, trainée fugitive qui sonne néanmoins le glas du manteau blanc. Elle semble sereine, quoi que fragile et presque éteinte.

Son voyage débute à peine, incertain. Elle connaît la route, son chemin, d’ici jusqu’au renouveau. Elle vit dans un petit monde clos, avec ses sœurs. Elle ne voit jamais sa benjamine mais elle est réveillée par l’aînée de sa fratrie et s’en va réveiller sa grande sœur. Elle est généralement seule, quoique sa cousine lui rende parfois visite. Depuis son plus ancien souvenir, il en a toujours été ainsi.

Lire la suite

Périmètre – Second quart

« Au revoir, Aurore. A plus tard. »

Aurore oblique en direction de la falaise. Elle lui adresse un signe de main. L’homme hésite. La suivre ? Ou non ? Il veut avancer. Avancer. Droit. Il sait qu’il le doit. Il courbe pour l’instant pour mieux avancer encore. Ce n’est que temporaire. Il observe Light. Et il la suit.

Rain a disparu. Pour le moment. Elle les a laissés seuls. La fameuse Light ressemble à Aurore. On voit qu’elles sont liées par le sang. Elle aussi est blonde, comme les blés en revanche. Elle va nus pieds aussi. Elle sourit avec chaleur. Lire la suite

Périmètre – Dernier quart

« Salut Ice, comment tu vas ? »

« Bien. »

« A la prochaine alors. » lui dit-elle.

Il n’a pas le temps d’esquisser une phrase qu’il se retrouve déjà seul avec l’ainée des quatre sœurs ; une beauté glaciale qui lui adresse à peine un regard. Ses cheveux gonflent dans le vent qui balaye cette toile. Elle est pâle comme la lune, blanche comme la neige et ses pieds nus laissent une trainée de givre. Lire la suite