Mages comme des Images #18

Devant elle s’ouvrait une grande salle, blanche, meublée d’une grande table blanche, assortie de grands fauteuils blancs sur lesquels trônaient une vingtaine d’hommes et de femmes vêtus de blancs.

– ‾‾‾‾| tenta de lancer celui qui occupait le centre du triumvirat en tête de table.

Elle contra facilement, avant de s’approcher, avec une désinvolture résignée.

– Du calme, Kauros. tempéra la jeune femme à la droite de l’emporté.
– Effira, nous connaissons ta position sur cette mortelle. railla l’intéressé.
– Et tu sais que nous n’approuvons pas. souligna le troisième.
– Vous devez reconnaître qu’elle a progressé.
– |_ tenta Zorren, contré à son tour.

Maelen contournait les divinités mineures du panthéon, d’un pas tranquille. Toutes ces émanations des fantasmes humains, aux formes et aux couleurs sans saveur, toujours reflets de leurs créatures créatrices. L’uniformité siégeait ici.

– Parle, ma fille. réclama Effira, avec une tendresse maternelle déplacée.
– Je ne suis pas ta fille.
– Tu es mon élue.
– Je ne suis pas ton élue.

Kauros ébaucha encore une fois un sort, mais Maelen réagit, contre attaquant cette fois-ci avec énergie : la boule de feu frôla le dieu qui n’en fut que plus irrité.

– Tu es bien impertinente, mortelle.
– Et toi bien présomptueux, reflet. Répondit-elle du tac au tac.

Elle sentait bien qu’elle les agaçait. Elle sentait bien que sa présence ici les ébranlait. Même Effira, de s’être vue repoussée par deux fois, commençait à envisager de se débarrasser d’elle.

– Pourquoi es-tu venue ici ?
– C’est sur ton plan que devait se dérouler le duel.
– Celui qui devait décider de l’avenir.
– Je suis sur mon plan.

Le silence se fit. Ces pauvres dieux ne comprenaient rien.

– Je suis chez moi ici.
– Tu veux te joindre à nous ? supposa Effira.
– Non.
– Alors pourquoi es-tu là ?
– Pour faire table rase.

Zorren se lança immédiatement dans une incantation terrible. Maelen les bravait. Son courage et ses ressources restaient limités. Pas celle de ses alliés, qui choisirent ce moment pour intervenir.

La magie des dieux, qui l’aurait annihilée, se trouva défaite par son égale. Tous se levèrent, défiants. Ils formèrent un cordon de sécurité entre les nouveaux venus et leurs trois dirigeants.

– Nielle. J’aurai dû m’en douter.
– Ainsi, tu es devenue leur Image…
– Comme prévu.
– Vas-y, Maelen : achève-les. lança la dragonne, au milieu des reliquats des siens.
– Je ne suis pas leur Image.

Cette fois-ci, ce furent les dragons qui déchantèrent.

– Maelen : ne dit pas n’importe quoi.
– Je ne suis pas votre image ! s’écria-t-elle, avec véhémence.

Les autres dragons commencèrent à hérisser le poil.

– Je m’appartiens !

Des sorts furent tentés, de part et d’autre, sans grand succès. Elle tenait tête aux deux groupes, qui s’opposaient en même temps l’un à l’autre.

– Je vais nettoyer le monde votre souillure, à tous.

Elle leva les bras, inspirant.

– .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *