Le Chevalier qui dansait

Il était une fois, il y a fort longtemps, dans un lointain château pas si éloigné que cela de la capitale, un chevalier. Un homme juste bon. Juste droit. Finalement très juste. Tout le jour, il secourait des princesses pour leurs faveurs, des villes pour l’honneur et des pays pour les orateurs qui, un jour, conteront toutes ses aventures. Il châtiait le manant, punissait le brigand et affrontait dans d’épiques batailles dragons et créatures infernales.

Ô combien fut-il grand après ces âpres combats ! Quel homme ! Quel héros ! Quelle force et quel courage !

Et quelle danse !

Oui, car après chaque victoire, chaque ennemi vaincu, il dansait et dansait encore ! Une gigue, une valse, une bourrée ! Il se trémoussait, faisant grincer son armure et voleter ses armoiries !

Quelle vision loufoque de ce vainqueur, de ce tueur de dragon ! Ce chevalier divin qui se rendait ridicule par l’arrangement de sa bonne humeur !

Et un jour arriva ce qui devait arriver. Ayant lâché épée et bouclier pour entamer un joyeux pas devant la dépouille qu’il croyait défunte d’un puissant dragon, il fit l’erreur d’avoir omis de vérifier l’état réel de la santé de la grande bête. L’animal s’éveilla de sa torpeur et trouva là un nigaud entrain de fêter là une victoire vacillante. Et ses crocs mirent fin à ce spectacle ridicule.

Et le chevalier ne fut jamais plus heureux et n’eut aucunement l’opportunité d’avoir de nombreux enfants.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *